c
Logo de Pedopsy
Métropole Lilloise
Nord Hors Métropole
Pas-De-Calais
Le trouble Mental
Premiers contacts
Quelques Définitions
Quelques Pionniers
Le secteur 59I06
Assistante Maternelle
La Loi
***Page d'accueil***"
Autres Liens
Placement au long cours
 Retirez '.NonPasDeSpam' dans l'adressePour nous écrire, cliquez ici et retirez '.NonPasDeSpam' dans l'adresse

bannière d'accueil



Quelques Définitions


a b c d
e f g h
i j k l m
n o p q
r s t u v
w x y z


  • Abiotrophique : type de processus dégénératif généralement d'origine génétique s'accompagnant d'atrophie diffuse ou localisée du tissu nerveux (terme inusité).

lignerouge
  • Aboulie : absence ou diminution de la volonté à agir alors que l'idéation reste claire. Elle s'accompagne de désintéressement, d'une diminution de l'initiative, et, d'un retrait social.

lignerouge
  • Abréaction : décharge émotionnelle contemporaine de la remémoration d'un épisode traumatique. Par analogie à l'apaisement des douleurs dues à un abcés lorsqu'on vide celui-ci, on provoque dans certaines thérapies l'abréaction cathartique pour soulager secondairement la souffrance psychique.

lignerouge
  • Accoutumance : Ensemble des phénoménes biologiques et psychologiques dû à la répétition du contact (externe ou interne) entre une substance généralement toxique et l'organisme. La tolérance vis à vis de doses quotidiennes d'une substance toxique qui seraient mortelles pour un organisme non préalablement exposé est un de ses phénoménes. L'augmentation des doses pour obtenir le même effet biologique que lors des premiers contacts en est un autre, ainsi que la dépendance à la base des toxicomanies. Au fil du temps, la tolérance finit par cèder parfois de manière brutale.

lignerouge
  • Acte & Action : L'acte (passage à l'acte, acting out) est une réalisation impulsive ou réflexe suite à une idée fugitive ou surtout aux émotions, elle utilise des mécanismes psychiques primaires qui court-circuite souvent la pensée. Par opposition, l'action est la réalisation réfléchie d'un sujet dans une stratégie qui utilise les mécanismes psychiques secondaires (la pensée, la réflexion, et, la distanciation de l'émotivité par exemple).

lignerouge
  • Acting out : Terme utilisé en psychanalyse pour désigner un passage à l'acte secondaire à la résurgence de l'inconscient. Il s'accompagne le plus souvent d'une mise en scène qui traduit symboliquement les conflits à l'oeuvre. Terme utilisé par les psychiatres comme synonyme du passage à l'acte.

lignerouge
  • Acte manqué : Acte rationellement attendu substitué par un autre acte qui accompagne et traduit une pensée inconsciente et inacceptable pour le sujet lui-même (confer inconscient, plus bas). L'acte manqué est aux faits ce que le lapsus est à la parole.

lignerouge
  • Affect : Qualité et tonalité subjective accompagnant une activité mentale, d'agréable à pénible, de vague à précise ...

lignerouge
  • Affection : En médecine, processus pathologique actuel, synonyme de maladie. En Psy, sentiment d'attachement pour les êtres proches et aimés.

lignerouge
  • Age Mental : Lors des tests psychométriques (d'évaluation des capacités intellectuelles), on peut rapporter les résultats moyens du patient aux résultats étalonnés selon l'âge exprimé en années et en mois des enfants témoins. On dira qu'un enfant à un âge mental de quatre ans et cinq mois s'il réussit les tests correspondants à cet âge. Le rapport en pourcentage entre l'âge mental et l'âge civil réel donne une valeur du quotient intellectuel d'un enfant.

RETOUR HAUT lignerouge
  • Agnosie : Incapacité d'origine neurologique centrale à reconnaître certains objets ou certains états par leurs qualités alors que les systémes neurologiques périphériques impliqués (sensoriels ou sensitifs) sont normaux. Il existe des agnosies tactiles, auditives, visuelles, des anosognosies, des asomatognosies.

lignerouge
  • Agoraphobie : Confer Phobie. Phobie des espaces publics (l'Agora est chez les grecs la place publique). Elle entraîne une peur de sortir, de traverser la rue, ou de se mélanger à une foule, d'aller dans un grand magasin. C'est l'une des phobies les plus invalidantes.

lignerouge
  • Agressivité : Energie vitale d'origine instinctuelle (agressivité fondamentale de Bergeret) et dirigée contre autrui. Toute conduite peut être considérée comme agressive qu'il s'agisse d'une conduite en négatif (refus, oppositions, oublis) ou en positif (précipitation, caractére intrusif) ou encore au niveau symbolique (causticité verbale). L'agressivité par son excés ou sa forme peut être pathologique.

lignerouge
  • Akathisie : Difficulté à rester dans la même position que le sujet soit debout, allongé ou assis. Elle s'accompagne de sensations de devoir bouger son corps appelées impatiences motrices. Elle se retrouve dans les syndromes hyperkinétiques primaires (T.H.A.D.A.) et secondaires (lors de certaines chimiothérapies neuroleptiques).

lignerouge
  • Ambivalence : Coexistence de tendances, d'attitudes, d'émotions et de sentiments contradictoires à l'égard d'un objet ou d'une personne au point de manifester simultanément et sur les mêmes éléments l'affirmation et la négation. Symptôme majeur de la schizophrénie selon Bleuler. Une ambivalence moins intense est à l'origine de toute formation de compromis puis de tout trouble névrotique.

lignerouge
  • Amnésie : Perte de la capacité de mémoriser ou d'accéder à ses souvenirs. Les amnésies de fixation ou antérogrades ou oublis à mesure sont les amnésies touchant la mémorisation (Korsakoff). Les amnésies d'évocation ou rétrogrades sont les amnésies touchant la capacité d'accéder à sa mémoire (Alzheimer). Les amnésies peuvent être limitées à une période traumatique (physique ou psychique), on parle alors d'amnésie lacunaire. L'amnésie la plus fréquente touche tout le monde : c'est l'amnésie infantile qui couvre généralement les quatre premiéres années de notre vie intra et extra-utérine.

lignerouge
  • AMM Autorisation de mise sur le marché : Acte administratif autorisant un laboratoire à commercialiser un produit à usage médical. Cela nécessite plusieures expertises cliniques, biologiques, pharmacologiques ou ergothérapeutiques. Les études pour les médicaments centrés sur une pathologie donnée sont souvent faites chez l'adulte, parfois chez le sujet âgé, beaucoup plus rarement chez l'enfant pour des raisons mercantiles.

RETOUR HAUT lignerouge
  • AMM Association Médicale Mondiale : Association de l'ensemble des médecins du monde. L'AMM (ou WMA) a été fondée pour assurer l'indépendance des médecins et permettre d' établir les meilleures normes possibles en matière d'éthique médicale et de soins procurés par les médecins à tout moment. Elle a élaboré dans ce sens, les déclarations de Lisbonne, d'Helsinki et de Génève qui s'appliquent aux recherches sur l'homme, sur le matériel biologique humain, et, sur toutes les données (Data mais aussi Paper) recueillies et identificiables. " La dignité et le droit à la vie privée du patient, en matière de soins et d'enseignement médicaux, seront à tout moment respectés... Le médecin respecte de façon absolue le secret sur ce qu'il sait du patient, même après sa mort... La santé du patient prévaudra sur toutes les autres considérations, ... Le médecin doit agir dans le meilleur intérêt du patient lorsqu'il le soigne..."

lignerouge
  • Angoisse : état où s'associe aux trois composantes de l'anxiété des manifestations et des sensations corporelles de type constrictif. Il s'agit donc d'un état avec des composantes psychiques et des composantes physiques.

lignerouge
  • Anhédonie : état d'insensibilité aux plaisirs habituels quelquesoit leur origine (oral, génital, somesthésique).

lignerouge
  • Anorexie : Baisse de l'appétit. Elle est fréquente et involontaire au décours de nombreuses pathologies organiques dont les pathologies infectieuses. Elle peut être volontaire au décours des gréves de la faim.

lignerouge
  • Anorexie mentale : Pathologie mentale où le syndrome principal associe à l'anorexie, un amaigrissement et une aménorrhée. Elle s'accompagne dans sa forme juvénile d'un refus des formes d'un corps sexualisé, et, d'une anomalie de perception de sa propre image corporelle qui explique en partie le trouble du comportement alimentaire secondaire . La fréquence de l'anorexie mentale est en augmentation dans les pays dits "développés". L'évolution spontanée de l'anorexie se fait vers l'aggravation avec épuisement et dénutrition.

lignerouge
  • Antidépresseur : Psychotrope utilisé principalement dans les dépressions et les attaques de panique. Ils agissent sur la thymie (v. plus bas) qu'ils améliorent aprés un délai en moyenne de dix jours. Ils abaissent l'inhibition pathologique de façon notable et précoce, ce qui est trés favorable chez les phobiques mais qui peut faciliter les tentatives de suicide dans les deux premiéres semaines chez les déprimés en l'absence de prescription associée de tranquilisants. Ils sont également utiles dans les énurésies.

lignerouge
  • Anxiété : état mental de trouble qui s'accompagne parfois d'agitation. L'anxiété associe trois conditions : l'appréhension d'un danger indéterminé, l'attente imminente de celui-ci, la conviction de son incapacité à affronter ce danger.

lignerouge
  • Apathie : Absence ou diminution importante de réaction affective, avec indifférence, et, souvent absence générale de toute réaction et inertie physique.

RETOUR HAUT lignerouge
  • Apragmatisme : Absence ou diminution importante de toute activité cohérente ou logique.

lignerouge
  • Assistant Spécialiste/Généraliste (AS/AG) :Médecin Spécialiste/Généraliste recruté avant concours hospitalier.

lignerouge
  • Association libre : Régle principale de la cure psychanalytique qui consiste pour le patient à exprimer toutes les pensées qui lui traversent spontanément l'esprit afin d'accéder, sans la censure de l'interlocuteur, le plus facilement possible à l'inconscient. Chez l'enfant, l'expression de ses pensées pourra être plus aisé par le dessin libre ou au décours d'un jeu symbolique.

RETOUR HAUT lignerouge
  • Athymhormie : Baisse généralisée de tous les investissements affectifs et des forces vitales. Dide et Guiraud en avaient fait en 1922 le syndrome fondamental du début de la schizophrénie, ou athymhormie juvénile, qu'ils considéraient comme secondaire à une atteinte organique abiotrophique (cf ci dessus) du diencéphale.

lignerouge
  • Attachement : terme désignant depuis les travaux de BOWLBY , le mode de début des liens et des relations du nourrisson avec l'adulte qui répond à ses besoins, prend soin de lui et lui prodigue son affection (maternage ou paternage). La confiance et la sociabilité ultérieures de l'enfant reposeront sur la qualité sécurisante et facilement prévisible du comportement de l'adulte qui aura pris soin de lui.

lignerouge
  • Aura : Ensemble des signes cliniques précédant la survenue d'une crise. Ce terme est surtout employé en épileptologie.

lignerouge
  • Autismes : Terme correspondant soit à des pathologies soit à un symptôme. 1- Pathologies multifactorielles dont l'intensité est très variable mais où l'on retrouve une rupture importante ou une perte du contact avec les autres et la réalité. L'autisme est le symptôme principal des autismes infantiles (ou TED Troubles Envahissants du Développement) qui débutent avant l'âge de trois ans mais durent toute la vie, bien que le diagnostic à l'âge adulte soit plus rarement fait. 2- Symptome de la schizophrénie dont le début se situe le plus souvent à l'adolescence. Ce mot est issu de la contraction des mots grecs : auto et érotisme. En effet, le lieu de la jouissance du sujet autiste est un prolongement surfacique de lui-même et son représentant est l'objet autistique. Chez le schizophrène ce lieu de jouissance par contre est à l'intérieur (interne) du sujet, et, chez le Paranoiaque, il est le plus souvent externalisé (chez un dieu parfois). Confer troubles psychotiques

lignerouge
  • Auto-accusation : Mode fréquent d'expression de la culpabilité. Elle se constitue des reproches secondaires à une faute que le sujet imagine avoir faite. Elle se rencontre avec une gravité particulière dans la mélancolie où elle peut annoncer le suicide. Elle peut exister également dans certaines mythomanies, dans des épisodes confusionnels d'origine toxique et dans certaines névroses.

lignerouge
  • Automatisme mental : Syndrome mental décrit par de Clérambault correspondant au fonctionnement perçu pathologiquement comme automatique de trois secteurs neuro-psychiques: idéo-verbal, sensoriel et sensitif, psychomoteur. Au niveau idéo-verbal, c'est l'existence d'hallucinations acoustico-verbales qui énoncent, divulguent, volent, commentent en écho les actes et les pensées du sujet avec intrusion de la pensée d'autrui. Au niveau sensoriel et sensitif, toutes les hallucinations peuvent s'y retrouver avec le sentiment d'être télécommandé de l'extérieur. Au niveau psychomoteur, on retrouve le parasitisme des gestes, les gestes les tics et les mimiques imposés.

lignerouge
  • Autorité : La question de l'autorité des parents sur les enfants se pose toujours avec acuité tout au long du développement de l'enfant dans son cheminement vers un adulte responsable. Elle est indispensable mais doit toujours être judicieusement tempérée. Excessive, elle génèrera plutôt des adolescents rebelles, insuffisante elle favorisera le développement complaisant des faiblesses constitutionnelles.

RETOUR HAUTlignerouge
  • Barrage : Brusque interruption momentanée et involontaire d'une activité psychique ou psychomotrice que le sujet reste capable de reprendre rapidement et sans cause évidente (en tout cas sans inhibition, et, sans hallucination, ...). Ce terme est souvent employé lors d'une interruption brusque du discours ou du cours de la pensée. Emil Kraepelin auteur des fameux traités allemands de Psychiatrie incluait le barrage dans les signes négatifs de la dissociation (détachement des associations) shizophrénique.

lignerouge
  • Behaviorisme : (Anglicisme de "Behavior": comportement) Doctrine psychophysiologique dite "objective" parce qu'elle est basée sur les études expérimentales (en laboratoires) et comparées du comportement. Cette doctrine refusait toute notion de comportement inné. Les comportements selon elle ne pouvaient répondre qu'à un conditionnement par le biais des stimuli et des apprentissages. J.B. Watson , l'un des pères américains du Behaviorisme a écrit son manifeste "Psychology, as the behaviorist views it" en 1913.

lignerouge
  • Biotype : Concept descriptif tentant de faire correspondre les structures mentales aux structures physiques. Le biotype systématisé le plus connu dans le monde est celui d'Ernst Kretschmer qui a écrit "Structure du corps et caractère" (1913). Il distinguait : le leptosome longiligne au caractère asthénique prédiposé à la schizophrénie, le pcynique au caractère syntone et cyclothymique prédiposé à la psychose maniaco-dépressive et l'athlétique au caractère épileptoïde.

lignerouge
  • Causalité linéaire : Mode d'attribution simpliciste et souvent culpabilisant de responsabilisation d'une pathologie mentale qui n'aurait qu'une seule cause : La mauvaise mère. Les pathologies mentales habituelles correspondent essentiellement à des causalités circulaires ou systémiques. Pour un individu donné, habituellement, plusieurs causes concourrent à une même conséquence psychopathologique ... Par exemple un état dépressif peut apparaître au décours de difficultés multiples (familiales, relationnelles, individuelles, sociales) qui se conjuguent et deviennent pathogènes. Chaque conséquence psychopathologique pouvant elle-même se manifester de plusieurs façons (psychique, biologique, comportementale).

lignerouge
  • Centre Médico-Psychologique-Infanto-Juvénile (CMPIJ ou CMPEA): Lieu principal des consultations publiques pour enfants et adolescents. Les équipes des CMPIJ sont constituées de Pédopsychiatres, de Psychologues, d'Orthophonistes, de Psychomotriciennes, d'Assistant(e) Social(e), d'Infirmiers (ou d'Infirmières), et, de Secrétaire. Les services Hospitaliers : Hôpital de Jour (H.J.) et Hôpital à temps plein (H.T.P.) bénéficient également des services d'éducateurs et d'instituteurs spécialisés. A noter les consultations du secteur publique en dehors des hôpitaux en CMPIJ (comme en CMP adulte) s'effectuent pour l'instant sans versement d'honoraires contrairement à celles des CMPP ...

lignerouge
  • Centre Médico-Psycho-Pédagogique (CMPP) : Lieu de consultations privées. Il s'agit de structures fonctionnant généralement par le biais associatif. Par rapport aux CMP, l'équipe des CMPP est complétée par des instituteurs avec des conventions avec l'éducation nationale. Leur fonctionnement implique le paiement à l'acte. Parmi les CMPP, on peut citer par exemple : les CMPP Decroly, les CMPP Binet, les CMPP Henri Wallon ....

lignerouge
  • Chimiothérapie(s) : Ce terme n'est pas réservé à la cancérologie ou à la psychiatrie mais désigne au sens strict toute utilisation de médicaments (molécules chimiques) dans un but thérapeutique. En Psychiatrie, les médicaments appartiennent à 5 grandes classes (PARAN) : Psychostimulants, Anxiolytiques, Régulateurs de l'humeur, Antidépresseurs, Neuroleptiques. La chimiothérapie représente un mode thérapeutique qui rend parfois possible ou plus facile les 2 autres modes thérapeutiques que sont les psychothérapies et les sociothérapies. La chimiothérapie ne peut être utilisée que dans le cadre d'indications strictes. Il n'y a pas et c'est heureux d'indication de chimiothérapie dans toutes les modalités des souffrances humaines ...

RETOUR HAUT lignerouge
  • Clinique : Du grec Klinê, le lit. Mode d'enseignement et de pratique de la médecine qui est attribué à Hippocrate (- 460 av JC.) et qui se passe au chevet du patient. Elle se base uniquement sur l'écoute anamnestique, l'examen physique et l'auscultation pour établir un diagnostic. Elle ne fait donc pas appel aux autres techniques dites paracliniques : imageries, explorations fonctionnelles, biologie. Par extension, service ou établissement où sont donnés l'enseignement et les soins.

lignerouge
  • Clinophilie : Propension à rester dans le lit. A rapprocher de la clinomanie qui constitue une obsession de recherche du lit et de la position couchée et qui a valeur de régression infantile.

lignerouge
  • Comportement : Mode fréquent voire habituel d'action et de conduite. L'analyse du comportement n'est pas l'apanage de la psychiatrie. Chacun des comportements peut et doit être analysé selon plusieurs champs : sociologique (social ou asocial; adaptatif ou perturbateur), judiciaire (légitime ou délinquant), éthologique (intra ou extra -culturel), philosophique, civile (dangereux ou non), religieux ou politique, médical (du ou non à une pathologie par exemple confusionnelle) et, in fine psychiatrique (du ou non à un trouble mental). Du point de vue psychiatrique, les comportements normaux sont généralement des comportements adaptatifs, transitoires quand ils sont réactionnels et généralement d'intensité moyenne par opposition aux comportements problématiques qui sont répétitifs, intenses, inadaptés au contexte dans lesquels ils surviennent ou visiblement disproportionnés à leur apparente cause et peuvent s'accompagner d'une altération du fonctionnement social. Comme la consommation de drogues est souvent associée aux troubles du comportement, l'hôpital est souvent le point final d'arrivée de tous ces sujets au comportement inadéquat et le psychiatre est souvent dans l'urgence le seul médecin désigné pour rentrer dans la chambre d'isolement où on les a placés...

lignerouge
  • Déficience intellectuelle : Synonyme de déficience mentale. Ce concept aux causes multiples dont celles socio-environnementales généralement oubliées se développa à la fin du 19 ième siècle. En 1902, deux français, Binet et Simon ont inventé leur fameux test du Quotient Intellectuel. Celui-ci est remplacé actuellement par des tests américains (WISC pour Wechlser intelligence scale children, V ième version actuelle). Au début du XX ème siècle, Il était apparemment devenu "urgent et nécessaire" selon l'instruction publique qui deviendra avec cette séparation l'éducation nationale d'exclure les inefficients des autres enfants (un des socles de l'Eugénisme ultérieur en tout cas l'outil principal de fabrication de pseudo-déficients dits "légers" voire "limites"). Pour la déficience légèr, ce concept manque cruellement d'humanité et d'espérance - "L'espèrance est le risque des risques, disait Bernanos". L'avenir se dessine ensuite de l'ulis en primaire à l'Ime ou de l'ulis en secondaire à l'Impro, avec comme voie finale l'Esat, où il n'y a plus de place. Chez les autistes, on retrouve dans 25% des cas soit une déficience mentale moyenne soit une déficience plus grave ...

lignerouge
  • Diagnostic : Démarche clinique permettant de qualifier un trouble ou une maladie mentale. Elle comporte comme dans toute discipline médicale généralement trois parties : le diagnostic positif correspond à l'ensemble des signes généraux, fonctionnels et objectifs évoquant la pathologie. Le diagnostic différentiel est la confrontation avec les autres pathologies présentant des signes analogues ou accompagnants (co-morbidité). Le diagnostic étiologique est la recherche d'une ou de plusieurs causes à l'origine de la pathologie.

lignerouge
  • Dissociation : Historiquement, ce terme est tout d'abord réservé et caractéristique de la pathologie schizophrénique et décrit par le psychiatre allemand Bleuler ("Spaltung") comme synonyme de discordance qui évoque la dislocation du moi. Plus récemment et surtout avec des conséquences très différentes, l'école américaine à la suite des nombreuses recherches et traitements sur les névroses post-traumatiques employe le même terme de dissociation et son adjectif, dissociatif, pour parler d'une dys-association plus banale ou difficulté à associer mais qui rendrait difficile voire impossible la psychanalyse.

lignerouge
  • DSM 5 : DIAGNOSTIC AND STATISTIC MANUAL (OF MENTAL DISORDERS, 5ième EDITION, 2015). Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Dernière version du manuel américain des troubles mentaux qui sont repérés et différenciés par l'analyse statistique. L'approche américaine statistique s'oppose à l'approche clinique classique, ne reconnait pas ni toutes les formes cliniques, ni les variantes individuelles et ne s'embarasse pas d'une approche psychopathologique et clinique qui fait la renommée de l'école et de l'expérience française. A déconseiller si l'on veut rester intégratif. Le terme de maladie disparaît avec les DSM et la preuve de la causalité du Trouble restera encore à faire. En Europe, nous préférons la CIM X où 10ième version de la Classification internationale des maladies élaborée avec l'OMS. Le Diagnostic de la CIM X est d'ailleurs exigé par la MDPH...

RETOUR HAUT lignerouge
  • Emdr : Nouvelle technique efficace combinant la psychothérapie verbale et une gymnastique oculaire qui permet d'apaiser les résurgences mnésiques répétitives et douloureuses lors des syndromes post-traumatiques (Eye Movement desensibilisation & reprocessing). Découverte par Francine Shapiro, "Des yeux pour guérir", Couleur Psy (seuil). ISBN 9782020637442. Parution 2005

lignerouge
  • Emotions : Ensemble de réactions globales neuropsychiques et somatiques (neuro-végétatives) d'un sujet face à une situation affective généralement originale ou produisant une variation environnementale. L'intensité, l'étendue et la brutalité des émotions peuvent varier de l'imperceptible au bouleversement généralisé souvent d'origine traumatique. Sa qualité peut être agréable ou désagréable. Elles sont généralement conscientes chez le sujet qui les produit mais peuvent être presque inconscientes soit lors de la saturation des mécanismes de défense psychique soit au contraire lors de la faiblesse de leur intensité. Par ailleurs, la conscience de son état émotionnel (lexithymie) est variable selon l'âge et l'éducation des enfants. Les très fortes émotions ont un pouvoir de structuration ou de destructuration cérébrale (fonctionnelle et le plus souvent à l'échelle des synapses) d'autant plus important que le sujet est jeune car le cerveau ne termine sa maturation - sa myélinisation occipito-frontale, en particulier - qu'après 18 ans. De faibles émotions répétitives chez un sujet donné finissent par ne plus être repérables. On différencie classiquement 5 types primaires d'émotions : - la joie - la tristesse - la peur - la colère - la surprise. Les émotions qui se différencient des sentiments (plus durables) poussent plutôt à agir de manière impulsive. L'apprentissage de la gestion des émotions devrait être une des cibles principales de l'éducation nationale en particulier sur les cours dites de "ré-création" ...

lignerouge
  • Empathie : Capacité à comprendre facilement les pensées et les actions d'autrui jusqu'à en éprouver les mêmes sentiments. L'empathie en partie innée, chez les "neuronormaux", se construit pendant l'enfance et l'adolescence. Elle doit donc être particulièrement éduquée et renforcée pendant le jeune âge pour contrebalancer l'agressivité biologique et l'émulation excessive qui ménent aux guerres de toutes sortes.

lignerouge
  • E.P.S.M. : Etablissement publique de Santé Mentale. Auparavant ces établissements étaient appelés "Hospice et Prison" ou maison d'aliénés. Un arrêt du Parlement de Paris daté de septembre 1660 ordonne que les aliénés de Paris soient reçus à l'Hôtel-Dieu puis transférés rapidement aux Petites maisons de la rue de Sévres et à Charenton. Enfin on les nomme, "Asile d'aliénés". A partir de 1780, la Salpétriére est destinée aux femmes, pendant que Bicêtre qui comporte aussi l'hopital des enfants-trouvés de Paris reçoit les enfants et les hommes. La dénomination évolua vers 1960 en Hôpital Psychiatrique (H.P.) puis en Centre Hospitalier Spécialisé (C.H.S.), l'E.P.S.M. est constitué de plusieurs services hospitaliers correspondant à des secteurs géographiques proches.

lignerouge
  • Fonctionnel : Qui n'est pas du à une lésion d'un organe, mais à une perturbation du fonctionnement de celui-ci. Par exemple, les troubles psychiatriques fonctionnels ne sont pas dus à une altération du système nerveux. Ils correspondent souvent à l'exagération pathologique d'une tendance normale.

lignerouge
  • Fou : Selon le petit Larousse "sujet atteint de troubles mentaux". Aprés avoir lu la définition de l'Inconscient (voir plus bas sur cette page), vous vous demanderez qui ne l'est pas ... Ce terme dénaturé, qui sonne come une injure, n'est pas utilisé ni en psychiatrie ni en pédopsychiatrie où l'on parle de patient.

lignerouge
  • Hallucination : Perception sans objet à percevoir. Le sujet halluciné est persuadé de la réalité de l'objet de sa perception. Lorsque cette perception est moins intense et que le sujet réalise que l'objet de sa perception est inexistant, on parle d'hallucinose. L'hallucinose est fréquente dans certaines intoxications ou lors de sevrages. L'hallucination et l'hallucinose peuvent revêtir toutes les variétés sensorielles : auditive, visuelle, olfactive, gustative, cenesthésique, ou être multisensorielles. L'hallucination constitue l'un des mécanismes principaux au début d'un état délirant à côté de l'interprétation, de l'intuition, et, de l'imagination.
    Chez l'enfant, Henri Ey considérait que leur imagination était telle qu'on ne pouvait prouver l'existence d'hallucinations. Toujours chez l'enfant, les hallucinations auditives sont les plus fréquentes. Elles sont accompagnées d'hallucinations d'autres modalités sensorielles dans 85% des cas. Les hallucinations visuelles sont quasiment toujours (99%) accompagnées d'hallucinations d'autres modalités sensorielles. Elles marquent un degré de sévérité plus élevé, comme l'association à des hallucinations somatotactiles et olfactives.(Jardri R. "The neuroscience of hallucinations, NY:Springer;2013,P203-229)

RETOUR HAUT lignerouge
  • Handicap : Selon la loi du 3 février 2005, "toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société, subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou de plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant". Cette notion de handicap est opposée pour des motifs législatifs et surtout financiers à la variabilité dans le temps et la durée ainsi qu'au niveau de l'intensité. Cette variabilité importante caractèrise pourtant toute l'évolutivité de la pathologie mentale. Elle est dans ce sens, et, paradoxalement aux bons sentiments qui l'a portée jusqu'au parlement, une loi inique car si le sujet retrouve une partie de sa santé il perd ses droits à la compensation. N'ayant aucun instrument de mesure scientifique hormis ceux bien fragiles de la co-subjectivité du psychiatre éclairé et de son patient sincère, elle est de plus, en matière mentale, particulièrement discutable ...

lignerouge
  • Hyperosmie : Symptôme qui consiste en l'augmentation des capacités de l'odorat. On retrouve ce symptôme dans certaines tumeurs du lobe olfactif, mais aussi dans l'autisme (où le flairage des objets est fréquent) et la schizophrénie ...

lignerouge
  • Idiosyncrasique (a.) : Qui dénote de la susceptibilité personnelle innée ou acquise et du caractère très subjectif du mode de réaction secondaire à une influence extérieure.

lignerouge
  • Inconscient : L'une des trois structures de notre psychisme étudiées par les psychanalystes par opposition aux autres structures : Conscient, et, Préconscient. Le premier acte de l'Inconscient est de nous faire faire des actes auxquels nous n'avions pas préalablement réfléchi, mais que nous avions simplement désiré sans le savoir (actes généralement interdits). Il peut s'agir par exemple de simples mots ou lapsus (dont on s'excuse en prétextant que notre langue a fourché) mais il peut s'agir aussi d'actes "machinaux" effectués à la place d'un autre (cf acte manqué) sous le coup de l'émotion. Le deuxième acte de l'Inconscient est le déni, c'est-à-dire le refus d'accepter l'existence même du fait que nous avons produit. Cette double réalité tangible et scandaleuse de l'Inconscient, qui nous touche tous dans notre vie quotidienne, bien qu'à des degrés divers, devrait nous inciter à plus de modestie devant cette réalité : des troubles mentaux d'apparence mineures font partie de tout sujet humain ... L'amnésie de notre propre passé infantile en deça de l'âge de quatre ans fait partie de ces troubles dits mineurs.

lignerouge
  • Instabilité psychomotrice : Syndrome clinique caractérisé (Selon G. Heuyer, en 1955) par l'incapacité à tenir une attitude, à fixer son attention, à poursuivre une même occupation, à soutenir un rythme régulier, à réagir de façon constante, à persévérer dans une action. Ce syndrome qui ne s'accompagne d'aucune lésion cérébrale a une évolution spontanée (en l'absence de soins) pathologique tant sur le plan scolaire que relationnel.

lignerouge
  • Internement : Terme désuet correspondant à l'hospitalisation d'un adulte sans son accord mais à la demande d'un proche en raison des troubles mentaux qu'il présente. On dit actuellement hospitalisation à la demande d'un tiers (H.D.T.). Il peut également s'agir d'une hospitalisation à la demande du préfet dite Hospitalisation d'Office (H.O.). Ces formes d'hospitalisations comme celles qui sont libres (H.L.) se font dans un service de psychiatrie. Le service de psychiatrie peut être situé dans un hôpital général, dans un hôpital universitaire ou dans un E.P.S.M.

RETOUR HAUT lignerouge
  • Intersecteur :

  • 1 - Terme désuet qui définissait le secteur de la pédopsychiatrie publique.
  • 2 - Ensemble géographique  formé par plusieurs secteurs (N.B. : un secteur en pédopsychiatrie recouvre toujours plusieurs secteurs correspondants de psychiatrie adulte (de 2 à 4). La taille d'un secteur de pédopsychiatrie peut correspondre à la taille d'un arrondissement (secteur parisien) jusqu'à celle d'un département) . Les secteurs devraient correspondre à 50 000 habitants en psychiatrie adulte et à 150 000 habitants en pédopsychiatrie. Cette répartition quantitative de charge de travail entre la psychiatrie adulte et la pédopsychiatrie reposait sur un objectif des années 1970 non atteint aujourd'hui de capacités de personnel et de structures progressivement équivalentes ainsi que sur une démographie française où les sujets de 0 à 15 ans représentait le cinquième de la population.
  •  

lignerouge
  • Négativisme : résistance systématique et apparemment immotivée à toute sollicitation extérieure. Du simple refus de la main tendue au mutisme et à l'anorexie totale voire à la rétention sphinctérienne et à l'immobilisme, le négativisme peut se rencontrer dans de nombreuses pathologies. On le rencontre en particulier dans les schizophrénies où le négativisme peut-être extrême, les démences, les déficiences intellectuelles, et la confusion mentale.

lignerouge
  • Maltraitance : Selon l'O.DA.S., observatoire décentralisé (national) de l'action sociale, action qui rend victime un sujet du fait de violences physiques, de cruauté mentale, d'abus sexuels, ou, de négligences lourdes parce qu'elles s'accompagnent de conséquences sur sa santé ou sur son développement physique ou psychologique .

lignerouge
  • Orthophoniste : professionnel paramédical spécialiste de l'intégration et du développement du langage oral(parole) comme du langage écrit (lecture/écriture). L'orthophonie permet la rééducation des troubles du langage ainsi que ceux concernant la sphère logico-mathématique.

lignerouge
  • Paradoxe : La psychiatrie de l'enfant et du jeune adolescent est pleine de paradoxes. Ces paradoxes sont souvent le reflet de l'importance de l'imaginaire dans la construction du psychisme humain. Dans l'imaginaire, les paradoxes n'existent plus, les positions extrêmes sont proches, se rejoignent et se confondent. Il en est de même en politique gouvernementale où par exemple les régimes communistes contemporains dégénèrent tous (soviétique, chinois, coréen, ...) en dictatures militaro-fascistes contre lesquelles elles s'étaient initialement développées.

lignerouge
  • Pédopsychiatrie : Psychiatrie de l'enfant et du jeune adolescent encore appelée psychiatrie infanto-juvénile. Il n'y a donc pas de limite d'âge inférieure pour les consultations . La limite d'âge supérieure est par contre trés variable. Elle tient au fait que le début de l'adolescence correspond à l'âge de la puberté et qu'il peut être extrémement variable d'un sujet à l'autre. Si son début est facile à déterminer chez la fille par la survenue des régles, les limites d'âge de la puberté normale chez celle-ci peuvent s'étendre entre 10 et 17 ans ! Il n'y a donc pas d'accord possible pour déterminer un âge moyen de la fin de l'adolescence. La définition légale de la majorité civile à 18 ans pourrait être utilisée. La limite supérieure est donc trés variable. L'âge habituel de 15 ans et trois mois à partir duquel on hospitalise un mineur dans un service d'adulte est le plus souvent appliqué. Les articles du décret du 14 mars 1986 qui fixaient à seize ans la limite d'âge supérieure ont été abolis le 27 mai 2003. La discipline de Pédopsychiatrie n'est reconnue que depuis les années 1990 comme spécialité autonome. Le nombre des Pédopsychiatres a chuté en France de 50% entre 2007 et 2016 (cf Atlas National de la démographie médicale page 33), probablement du fait de la répétition de mauvaises images médiatiques caricaturales, stéréotypées et partisanes dans le traitement de l'Autisme.

RETOUR HAUT lignerouge
  • Phobie : Peur(s) apparaissant lors d'un événement ou lors d'une situation particuliére. L'agoraphobie, qui est la plus fréquente des phobies, apparaît lorsque le sujet doit sortir de chez lui, traverser un endroit particulier, ou se fondre dans la foule. Toutes les phobies ont une signification trés personnelle dans l'histoire d'un sujet. Les deux mécanismes principaux d'aggravation des phobies sont l'évitement et l'accompagnement ...

lignerouge
  • Praticien Hospitalier (PH) : Médecin Spécialiste (psychiatre) Hospitalier recruté par concours hospitalier.

lignerouge
  • Protocole Précoce (PPK) : Ordonnance administrativo-managériale codifiée servant à alerter le plus précocèment possible l'ensemble des structures sous le couvert des tutelles. En Pédopsychiatrie, il s'agit des trois structures scolaire, socio-administrative, et, thérapeutique. L'alerte porte sur la nécessité d'une aide humaine à venir mais devant attendre faute de moyen supplémentaire mais assurant la ventilation et la circulation. La codification permet d'une part l'abstraction chosifiante de l'estampillage cadencé qui devient parfois exigée par la MDPH et l'HAS relayées par les ARS, et d'autre part l'évitement de la cognition personnalisée et chronophage dans une époque informatisée. Le "K" de PPK est là pour Y'a HAKa faire mieux avec moins.

lignerouge
  • Psychiatre : Médecin ayant appris la spécialité de psychiatrie.

lignerouge
  • Psychiatrie :1- Seule discipline médicale définie légalement par son négatif, "qui traite de la Santé Mentale". 2- Branche spécialisée de la médecine d'une part qui étudie les développements psychiques et affectifs, et d'autre part qui traite soit des maladies primitives de l'âme et de l'esprit, les maladies mentales proprement dites, soit des troubles mentaux secondaires aux autres pathologies organiques et surtout environnementales ("qui sont du à nos façons de mal-vivre ou d'être mal-traités"). La psychiatrie utilise les psychothérapies, les sociothérapies, et, les chimiothérapies. La psychiatrie est imprégnée par toutes les sciences humaines (Psychologie, Philosophie, Sociologie, Anthropologie, ...) mais dont elle se détache par ses recherches et ses buts thérapeutiques. La Psychiatrie et la Neurologie se sont individualisées de la discipline antérieurement commune de NeuroPsychiatrie dans les années 1960-1970.

lignerouge
  • Psychanalyse : L'une des trés nombreuses formes de psychothérapie. C'est la forme la plus célébre du fait de la renommée internationnale d'un génial inventeur, médecin neuropathologue : Sigmund Freud (1856 - 1939) qui dés l'âge de 30 ans s'intéressa à l'étude de l'hystérie et à celle de l'hypnose puis à celle de l'inconscient.

lignerouge
  • Psychologue : professionnel formé par la faculté des Lettres et de Sciences Humaines. Dans les carrières hospitalières, les psychologues (souvent appelés psychologues cliniciens) sont recrutés au niveau maîtrise plus D.E.S.S. ou D.E.A. (ce qui correspond à un niveau "master") et formés en psychopathologie (pathologie du psychisme).

lignerouge
  • Psychomotricien(ne) : professionnel paramédical spécialiste de l'intégration et de l'harmonisation au cours du développement de l'enfant des fonctions motrices et mentales. La psychomotricité désigne à la fois les connaissances théoriques, et, leur applications pratiques au cours de la thérapie.

lignerouge
  • Psychoses : pathologies mentales les plus profondes, c-a-d dont l'origine des troubles remonte très précocèment par rapport à la conception du sujet et au développement de sa personnalité. Il y a psychose lorsque les perceptions corporelles (raison pour laquelle l'autisme est une psychose) de la réalité, ou le narcissisme d'un sujet ou la compréhension d'autrui sont profondèment atteintes. Synonyme de trouble psychotique. Le lieu de la jouissance est inadéquat chez les psychotiques. Il y est interne chez les Schizophrènes, et, il se projette dans la paranoia sur Dieu! Ce terme de psychotique est souvent utilisé comme un critère de gravité de la pathologie et comme l'élément principal du recours éventuel à l'hospitalisation à la demande d'un proche (tiers) du patient lorsque ce dernier est adulte. Lorsque le patient est un mineur (de moins de 18 ans) l'hospitalisation est, hors les cas d'urgence, toujours effectuée à la demande des parents.

RETOUR HAUT lignerouge
  • Psychothérapie(s) : Ensemble(s) des techniques de soins du psychisme, soins pour rétablir la santé mentale. Ses soins doivent être pratiqués directement ou indirectement par des médecins spécialistes (généralement psychiatres ou pédopsychiatres) ou par des psychologues formés en psychopathologie ou par des membres reconnus d'une école de psychothérapie. Injustement voire ignominieusement, le tarif des actes de psychothérapie n'est pas fixé par la sécurité sociale et il n'appartient pas non plus à la nomenclature des actes médicaux (indignez-vous disait S. Hessel!).

lignerouge
  • Répétition Scénique Inconsciente : Ensemble de phénomènes comportementaux universels, inconscients et répétitifs, parfois responsables de difficultés relationnelles importantes avec évolution fréquente vers l'évitement et le repli social. Elle comporte un fond de rétrécissement du champ de conscience parfois secondaire d'un traumatisme. Elle est aussi trés favorisée par l'éducation et les rituels. Son développement est probablement responsable de l'amnésie infantile commune et de la rareté des hauts niveaux intellectuels. Elle peut être sublimée dans des activités professionnelles ou sociales et également artistiques, en particulier du show-business.

lignerouge
  • Résilience : Capacités intrinséques à se réta blir mentalement et à cicatriser des blessures psychiques secondaires aux événements de vie que l'on traverse.

lignerouge
  • Résonance : Qualités d'un événement de vie responsable de l'importance affective subjective que l'on lui attribue. Par extension, moment aigu d'un événement traumatique où l'émotion portée à son maximum ébranle toutes les résistances, le champ, et les capacités du sujet, - par analogie avec les circuits électriques R,L,C - .

lignerouge
  • Santé mentale : Notion assez vague et trop extensive sur laquelle est définie actuellement la discipline médicale de la psychiatrie. Ceci par opposition à toutes les autres disciplines médicales qui elles traitent des maladies (confer "syndrome" plus bas). Pour éviter le terme politiquement incorrect de maladie mentale on part donc de son contraire qui serait un état d'équilibre psychique de qualité sans limitation ni souffrance ... Cette hypothétique Santé Mentale est malheureusement moins fréquente à repèrer que son inverse : l'existence d'un trouble ou d'un désordre ("disorder" en anglais) même mineur ou d'une déviation par rapport à une norme statistique ... Ce qui est "fou" en terme politique c'est que se décline ensuite derrière le trouble statistique, plus ou moins durable, l'empoisonnant spectre du handicap et de sa totale compensation impossible ... Autres définitions

lignerouge
  • Schizophrénie : Psychose la plus fréquente dont l'expressivité est trés variable, entre des formes cliniques légéres et sévéres, mais aussi pour un même sujet dans son évolution, entre des formes résiduelles et des formes processuelles. Elle touche 1% de la population. Le délire qui l'accompagne est dit paranoïde. Kraepelin, en 1899, regroupait trois formes de psychoses schizophréniques : l'hébéphrénie de Hecker ou démence précoce proprement dite, l'hébéphréno-catatonie de Kahlbaum et le délire paranoïde. Bleuler en 1911 employera le premier le terme de "schizophrénie" en faisant de la dislocation des différentes fonctions psychiques le noyau de cette psychose.

RETOUR HAUT lignerouge
  • Secteur psychiatrique : Etendue géographique desservi par une équipe médicale et paramédicale en psychiatrie.

lignerouge
  • Sociothérapie(s): Intervention qui modifie l'environnement (le socius) d'un sujet dans un but thérapeutique. Elles forment avec les psychothérapies et les chimiothérapies le trépied du traitement psychiatrique.

lignerouge
  • Symptôme : Toute manifestation inhabituelle qu'elle soit perçue subjectivement par le patient (symptôme subjectif comme la douleur ou l'impression vertigineuse) ou qu'elle soit observée ou retrouvée par le médecin (symptôme objectif ou signe).

lignerouge
  • Syndrome : Groupement de symptômes. Cet ensemble est fondé sur la coexistence habituelle et la subordination logique des symptômes selon la pathologie et la subjectivité du sujet. Le regroupement d'un ou de plusieurs syndromes et d'une cause pathogénique permet de définir une maladie. En Psychiatrie, les syndromes cliniques sont trés souvent associés à une multicausalité. Il est exceptionnel d'y retrouver une causalité linéaire.

lignerouge
  • Trouble mental : Tout élément psychopathologique qui s'accompagne d'une perturbation du fonctionnement du sujet. Ce terme est volontairement imprécis afin de ne pas passer à côté d'une souffrance mentale non ou mal caractérisée. Il exclut donc les conduites sociales déviantes sans altération du fonctionnement personnel (par ex les conduites de certains opposants politiques).

RETOUR HAUT lignerouge
  • Ulis : Unité Locale d'Inclusion Scolaire Nouvelle appellation des classes de l'éducation nationale pour enfants porteurs d'handicap(s) qu'ils soient en âge d'école primaire comme de classe secondaire. Les Ulis sont des classes fictives puisque les enfants y sont rattachés aux autres classes normales selon leurs moyens académiques. En somme, c'est comme au collège dès la primaire. Sensées tirer vers le haut, ces Ulis déracinent complètement certains handicapés hormis pour le sport et le solfège. Les intégrations ultérieures inévitables lorsque l'enfant en difficultés accède à un établissement médico-social ou étranger sont bien que légaux purement virtuels et se réduisent à une inscription sur un registre .

lignerouge
  • UTPAS : Unité Territoriale de Prévention et de l'action Sociale. service local du Conseil Général. Il regroupe la Prévention maternelle et infantile et l'aide Sociale aux enfants. Il gère les enfants "de la DDASS".

RETOUR HAUT lignerouge

page réalisée par pedopsy Patrice Duquenne CMPIJ PAM
Dernière révision :